Emotion…

 

Besoin de mettre par écrit l’émotion que j’ai pu ressentir… parce qu’un blog, ça sert aussi à ça !

 

Il y a quelques jours, j’ai amené ma puce à Disneyland. Tu vas me dire « oh, à 2 ans c’est beaucoup trop tôt ! Elle ne va pas profiter ! ». Il est vrai qu’elle est petite pour beaucoup de choses, surtout si on l’entend « manège ». Mais elle est loin d’être trop petite pour la féerie. E nJ’avais prévu qu’une  journée sur le parc, car déjà nous n’avons pas des congés extensibles, encore moins le budget, et surtout parce que ça lui fait déjà une très grosse journée de fatigue.

 

Pour comprendre pleinement mon ressenti, il faut que je te ramène des années en arrière. Je ne m’en suis jamais cachée, je suis une très grande fan de Disney et de son univers.

 

Et si on remonte il y a 5 ans ce mois-ci, c’est en janvier 2012 que nous avons décidé de tenter l’aventure bébé avec mon chéri. On en ressentait le désir, voire même le besoin (je pense que les femmes peuvent comprendre lorsque leur corps commence à leur réclamer d’enfanter). Mais ce bébé tant attendu, a eu du mal à se nicher dans mon ventre. Pendant 2 ans pile, j’ai très mal vécu le fait de vouloir un enfant et de ne pas y arriver. Je crois que ça a été la période de ma vie la plus déprimante. Et durant mes soirs de larmes, je m’imaginais avec ce bébé, puis cet enfant grandissant, puis enfin le moment où je partagerais des passions avec lui… tu l’auras deviné, j’ai fantasmé plus d’une fois amener mon enfant voir Mickey. Ca me rattachait à du positif.

 

Puis Liah est née, le bonheur absolu. J’ai bien entendu des Mickey chez moi, sous diverses formes. Mais je jure que jamais je n’ai forcé à aimer plus mickey qu’un autre personnage.

 

Quand elle a commencé à parler, l’un de ses premiers mots a été « Mickey » (ouais bon ok, ça donnait « ckey »). Au début, je me demandais bien de quoi elle me parlait en disant ça, mais un jour, je crois que je m’en souviendrai toute ma vie, elle avait 18 mois, j’étais chez Orchestra et elle insistait: « Ckey Ckey » et en me montrant une jupe. Et là j’ai compris : il y avait les oreilles de Mickey dessus. Elle reconnaissait la forme, ça venait de ça ses « Ckey » à répétition. A partir de là, elle me réclamait « Ckey » 25 fois par jour. Qu’est-ce que ça me rendait heureuse ! Ben ouais, elle aime Disney, y’a pas à en douter ! Puis ce fût le tour de la Reine des Neiges (c’est toujours pas passé d’ailleurs), et tout le reste a suivi.

 

En fin d’année 2016, il s’est passé des choses dans mon perso qui m’ont fait du mal, j’ai dû travailler sur mes démons intérieurs. Parallèlement, mon chéri préparait sa saison de Noël au travail, avec beaucoup d’heures, de stress etc. Alors sur un coup tête, et une envie d’évasion, j’ai cherché dans mes bons plans Disney pour partir nous évader chez Mickey. Billets pris, plus qu’à attendre la date.

 

Plus la date avançait, plus je préparais ma puce « Chérie, tu sais on va voir en vrai Mickey ! » Mais bien entendu, pour elle, c’était abstrait.

 

Jeudi, nous arrivons à Marne la Vallée à 19h. Il fait nuit. Devant le Disney Village, je dis à ma fille « Regarde là ! ». Ses yeux s’illumine « oh maman regarde Mickey ! ». Nous partons manger au Viapiano avec ma copine Maman Shoppeuse que je n’avais pas vu depuis 5 ans. Liah est excitée, fatiguée. Vivement le lendemain, que nous rentrions enfin dans le parc !

 

Enfin le jour J, Liah va rencontrer Mickey ! Mais je la sens bizarre, je touche son front, aïe : fièvre ! La déception, l’angoisse… je n’ai pas pris de doliprane. J’appelle une copine qui devait nous rejoindre sur le parc, elle me confirme qu’il y a une infirmerie dans le parc. Ouf. Arrivés devant l’entrée, Liah est grognon, vraiment pas en forme, mais n’a plus de fièvre. Passage à l’infirmerie, puis on essaye de lui montrer la féérie. On tombe sur Tic & Tac, et Stitch. Ma puce semble oublier qu’elle n’est pas en forme, et est ravie de les voir. Aucune peur, ouf !!! On fait ensuite les Dumbo volants où elle hurle de joie, elle semble enfin reprendre un peu le dessus. Youpi, maman se détend. Elle est en émerveillement devant le château et les alentours, pari réussi ! Sur la lancée, on décide d’enfin rencontrer Mickey à l’attraction « Meet Mickey ».

 

On attend, je lui explique que Mickey se trouve derrière le mur. Elle ne semble pas réagir. Puis le photographe de l’attraction nous appelle, c’est à nous, et la magie commence. Liah se retrouve nez à nez avec Mickey, elle a les yeux qui brillent ! Elle lui lance « oh bonjour Mickey » plein de tendresse qui résonne encore dans ma tête. Elle est seule dans les bras de Mickey, c’est son moment. Elle le câline, lui fait des bisous, et lui répète doucement et inlassablement « oh Mickey ». Elle est pourtant patraque au possible, mais à ce moment-là plus rien n’existe pour cette petite fille. Elle est dans son truc, seule avec Mickey. Le photographe l’interpelle alors, c’est l’heure des photos. Franchement, elle s’en fout, mais gentiment elle s’exécute. Puis avec maman et papa, puis avec mamie… on sent qu’elle n’a qu’une hâte : se retourner pour admirer encore son Mickey. On arrête les photos, on continue à communiquer avec Mickey, qui nous répond avec des signes. On rigole tous, c’est magique. A ma grande surprise, personne ne nous pousse vers la sortie, on peut continuer à profiter. D’ailleurs, Liah est à nouveau dans ses bras de son idole, lui sourit, avec ses petits yeux brillants. Là, je les regarde, et le temps se fige un instant.

 

Je repense à tous ses moments de galère pour tomber enceinte, ce rêve que j’avais d’amener mon enfant voir Mickey, partager ma passion avec,… tout se chamboule dans ma tête. Mais c’est que du positif.

Il est l’heure de sortir de l’attraction, je demande à Liah de dire au revoir à Mickey, et sans scandale, elle lui dit au revoir et à bientôt. Elle lui fait coucou de sa petite main, puis lui envoie des bisous, tandis que je la tire doucement vers la sortie. Mickey penche la tête et lui envoie des bisous également. Puis voyant qu’elle le guette jusqu’à la fin, comme si elle ne voulait pas en louper une miette, il nous suit jusque devant le petit couloir pour continuer à lui faire un signe de la main. Tout ça, alors que les prochains participants entraient à leur tour. Nous fermons la porte, Mickey repart avec ses visiteurs. Ma fille est dans la lune… ou plutôt sur un nuage. Moi, j’ai la gorge serrée, je me retiens de ne pas pleurer. Pourquoi pleurer ? Pfff, c’est totalement ridicule ! Non mais Jess voyons : Mickey c’est un type dans un costume ! Ouais… mais j’ai du mal, et lorsque Karen ma copine me demande si ça va, boum je pleure d’émotion.

 

I did it quoi, ouais ça y est ! J’ai fait rencontrer Mickey à ma gamine, et tout ce que ça peut représenter pour moi ! C’est bête, mais pour moi c’est énorme.

 

J’ai bien évidement payer cher ma photo, mais je l’ai prise.Il le fallait. J’ai dit au Cast Member sur place « Dites merci à la personne qui fait Mickey car vraiment, elle n’était pas obligée de rester tant de temps avec nous, de nous suivre jusqu’au couloir, de rire avec nous (oui car bien entendu mon chéri a demandé à repartir avec Minnie et Mickey est rentré dans son jeu), c’était magique ». Réponse de l’intéressé « Quelle personne dans Mickey ? Non madame, c’est Mickey lui-même que vous avez vu ! » esquissant un grand sourire. J’ai souri et j’ai dit « ok je reformule : merci pour la magie, pour une petite fille de 2 ans qui en a pris plein les yeux et pour une maman comblée ». Il semblait touché. Mais faut l’admettre, le casting est très bon là-bas.

 

Ce moment aura été le plus fort de notre journée. Pour moi, voir ma fille aussi heureuse n’a pas eu de prix. Dans le cœur de maman que je suis, ce moment restera un très beau souvenir.

 

1485171844163 - Copy

 

Pompon Cerise