Ça fait un bout de temps que je dis que je vais parler de l’accouchement.

Ah l’accouchement… ce moment tant espéré, attendu, redouté parfois ! Mais pourtant TON moment !

 

Je ne veux toujours pas remplacer le personnel de santé type sage-femme qui est là pour te donner les vrais conseils pour t’y préparer. Non, plutôt partager avec toi des expériences, des ressentis.

 

Je vais donc commencer par t’expliquer mon accouchement. Le but est vraiment de te rassurer et partager avec toi mon expérience, et en aucun cas autre chose. Donc lis-le bien jusqu’au bout J

 

Le vendredi 17, à 21h, j’ai appris que ma cousine avait un traumatisme crânien suite à un accident. Ma cousine, c’est comme ma sœur, alors, je me suis mise à paniquer, avoir peur, pleurer… et donc me foutre mal au ventre ! A 23h, je me tordais de douleur, d’angoisse. Puis j’ai été me coucher. J’avais passé une journée pleine d’énergie : j’avais conduit, mangé avec une de mes tantes, tout allait bien. J’ai donc pu m’endormir de fatigue relativement rapidement. A 1h du matin, le samedi 18, j’ai eu envie de faire pipi. J’ai été aux toilettes, et là je n’arrivais plus à m’arrêter. Sensation bizarre. Je me dis que je devais perdre les eaux et ai réveillé mon mari. Sans panique, puisque je n’avais aucune douleur. Après une magnifique vérification sur internet « Papa Wikipedia » me confirme que c’est bien ça : la perte des eaux. Youpi !!! Je vais avoir mon bébé ! J’aurais vraiment dû parier, car j’étais sûre d’accoucher ce week-end-là, je ne sais pas pourquoi (Je m’étais dit le vendredi 17 que je m’étais trompé car je n’avais aucun signe annonciateur, et que j’étais quand même à 3 semaines de mon terme). Après cette superbe découverte, j’ai décidé de prendre ma douche. Il faut dire que j’avais eu une sage-femme qui m’avait préparé à toutes les éventualités et je me sentais sereine. J’ai ensuite appelé ma maman vers 3h du matin pour lui demander de m’amener à l’hôpital. A croire qu’elle et moi sommes encore reliées par un cordon ombilical invisible car elle était à côté de son téléphone depuis 5 minutes, persuadée que j’allais accoucher. Et pourtant, elle n’est pas voyante. Elle n’a pas été surprise lorsque je lui ai expliqué ce qu’il m’arrivait. Je n’ai pas eu le temps de préparer une serviette pour la voiture qu’elle était déjà chez moi. On aurait dit qu’elle s’était téléporté tellement elle est allé vite. Elle m’a mise dans la voiture, et a ordonné à mon beau père de rouler le plus vite possible. J’ai rassuré tout le monde comme quoi j’allais bien, que je n’avais pas de contraction. Mais non, en mode Starsky et Hutch, il a grillé tous les feux rouges à 3h30 du matin. Je suis arrivée à l’hôpital en même pas 10 minutes. Une fois là-bas, je suis restée avec mon mari dans une salle pour me poser un monito. J’étais dilatée à 1, et pas de contraction. Pas de peur, mais plutôt de l’euphorie : d’ici ce soir, je serai maman ! En fait, je serai maman bien avant… A 4h30, j’ai commencé à avoir des contractions. A 4h45, de plus en plus violentes et je ne rigolais plus. Je savais que je n’avais pas droit à la péridurale à cause de mes soucis sanguins et j’avais très peur d’avoir mal. A 5h45, je suis à 3, on me place en salle d’accouchement et je commence à avoir très peur. J’en parle à la sage-femme avec moi, mais n’entends pas ses mots pour me rassurer. Cette peur va prendre le dessus. C’est elle qui me donnera mes douleurs les plus intenses. Alors vraiment, ne paniques pas comme moi car ça ne sert à rien. A 7h du matin je suis dilatée à 5. La sage-femme a côté de moi me dit qu’elle comprend que je pleure car déjà je panique mais aussi parce que le travail se fait vite, trop vite, et mon corps n’a pas le temps d’assimiler. Elle décide d’aller chercher un collègue (oui UN !) sage-femme pour m’accoucher, pour se préparer. A 7h20, je dis que ma fille est là, que je la sens. Ma fille est dans mon bassin, la tête arrive. Mais là, impossible de la sortir, de peur, de douleur. La peur de ne plus savoir faire prend le dessus. Puis, instinct animal, je ne sais pas, j’ai poussé, et elle est sortie directement. 7h31, elle est sur moi. J’ai accouché, moi, j’en ai été capable. Sans aide, sans antidouleur, je n’arrive pas à y croire. Mais je n’en suis pas là, je veux ma fille ! Je comprends à ce moment-là qu’elle n’est pas grosse (48cm, 2kg420) et qu’elle a donc du mal à se réchauffer par elle-même. J’ai peur pour elle, je me sens impuissante. Surtout qu’il ne fait pas que je bouge, on me fait 25 points. Trop forte, j’ai accouché d’une crevette mais me suis ouverte quand même. La « couture » aura duré plus longtemps que mon accouchement, incroyable. Puis enfin, tout s’apaise au moment où on me pose ma fille, que nous sommes seuls tous les 3. L’instant le plus merveilleux de ma vie. Ma fille va désormais bien, et moi j’ai arrêté mes angoisses totalement inutiles. Pourquoi m’avoir mis en tête que je n’étais pas capable d’accoucher ? Pourquoi avoir eu si peur des douleurs au point de m’en créer davantage ? Ça ne sert à rien ! Tout est oublié à la fraction de seconde où bébé est là. Et c’est le rendez-vous le plus beau de ta vie : la rencontre avec bébé. Nous sommes restés ainsi 3h, car j’avais des risques d’hémorragie à causes de mon problème de sang. Mais qu’importe, nous étions si bien. Je suis montée dans une chambre à 11h du matin. J’ai eu le temps de manger (mon dieu que j’avais faim et soif) et prendre une douche qu’il était déjà 14h, l’heure des visites. 14h10, nous étions 20 dans ma chambre, et j’allais très bien ! J’étais heureuse, apaisée.

 

Si j’ai un conseil à te donner c’est de profiter de chaque instant de TON moment. Ne pas avoir peur non plus, car ça n’aide en rien. C’est le meilleur moment de nos vies ! Alors ZEN !

 

Voici d’autres témoignages :

 

Mon 1er est né le 24 mai prévu le 3/06.

La veille nous étions chez des amis et j'avais dit à mon mari « Ne picole pas trop je me sens bizarre genre le ventre serré comme si plus d'eau »

On est rentré d'Alixan jusqu’à Privas je ne sais pas comment (environ 45' pour les personnes qui ne sont pas de la région drômoise/ardéchoise). Le lendemain on se réveille vers midi et mon bébé bobox avait une conjonctivite. Je m'assoie pour m'occuper de son œil et quand je le lève… oups je perds les eaux...mais Mr chéri dormait encore. ... Il a traversé le couloir à une vitesse ...mdr Privas pasteur en 25mn... (au lieu de 45' En temps normal).

Arrivée là-bas en catastrophe, mais moi pas de contractions je me sentais bien ils ont décidé de me provoquer. Mais moi je n'avais rien dans le bide vu qu’on est partis très vite de la maison.

Quand ils m'ont mis dans une chambre ils m'ont dit de ne pas manger, ne pas boire. Je ne veux pas obéir et Mr Cheri a été au distributeur prendre des granola. Mais au moment où le produit faisait effet et que je commençais à avoir mal la SF me dit la péridurale arrive. Et moi : beurk je vomis .... Un peu couleur chocolat. Et Mr derrière '' bien fait' lol

Et voilà Ylan né à 23:37...24/05/2008

On habitait alboussiere à l'époque. Alors dans le dernier mois, j'avais une SF qui venait à la maison. Flemme de descendre à Valence que pour ça (45 minutes). La veille que j'accouche elle vient faire son monitoring et son toucher. Mon papa et mon frère, venus passer 1 semaine, étaient partis faire un tour. Pour la boutade mon père avait dit à mon frère "tu verras on va être répartis quelle va accoucher". Presque... bref. Au moment du toucher elle me dit « ça va? » Et moi « oui pourquoi ? »  « ben tes ouverte de 4..!! » Et moi « ah.. »  Mon homme était parti faire un chantier dessous Pierrelatte...grrr (1h30)

Elle me dit « je te descends à la mater? » Je dis « non je veux pas accoucher seule... » Alors j'ai pris mon sac, mon 1er loulou, et j'ai tel à mon homme qui nous rejoigne à l'hôpital de valence. En attendant ballade au parc Jouvet. J'arrive à la mater à 19h ...

Mais ... Ça n'a pas été aussi vite que prévu. J'étais effectivement ouverte. De 5 du coup le temps d'arriver. Je suis tombé sur une conne qui voulait me renvoyer chez moi. J'ai dit « non je reste j'habite loin  j'ai peur de ne pas avoir le tps de redescendre ».

Donc mise en place à 22h. Mais à un moment donné je demande à Mr chéri qu’il bascule le lit. Je m'évanouissais...lol

Toutes les machines bipaient j'avais 5 de tension. Et bébé n'a pas aimé. Forcement.! Tout le monde s'est précipité. Elle avait oublié de remplir la poche d'eau sucrée. Bref loulou a pointé le bout de son nez à 7:43..23/04/2011 4k de bonheur 54.5cm de tendresse et une douche au liquide amniotique pour la sage-femme. Mdr

 

 

JULIE

 

 

Samedi 28 mars 2009 19h : nous voilà partis chez des amis pour une soirée raclette/ poker. Ma DPA était au 5 avril. Tout était normal... Mais en sortant de la voiture sur le parking des amis je dis au papa de ma fille : oh je crois que j'ai une contraction!
L'apéritif de passe, je ne dis pas grand-chose, je surveille ma montre et je me rends compte que cette douleur revient toute les 20 mins régulièrement. Je dis donc à ma copine qui a 2 enfants : "touche mon ventre ça me bloque toutes les 20 /15mins, C’est bien des contractions?" Elle me confirme mon ressentis. Je continue donc à surveiller tout en passant à table où bien-sûr je n'ai rien avalé les contractions étant toutes les 5/10 mins. Nous entamons quand même la partie de poker mais la douleur est de plus en plus forte je commence à grimacer toutes les 4/5 mins. Mon amie me "met à la porte" de peur que j'accouche chez elle LOL                        
Je vais donc chercher ma valise. Arrivée à la maternité à 00h30. Mon col n'a pas bougé. Et d'ailleurs il ne bougera pas vraiment plus tout seul le vilain. Je suis donc toujoursàa 1cm comme 10j avant chez gygy. Je passe quand même en salle de pré-accouchement. La douleur s'intensifie et les contractions ne me laissent aucun répit.
Je ne souhaitais pas de péridurale mais à 5h du matin alors que mon col n'a toujours pas bougé je supplie pour qu'on me pique! Mais on ne pose pas de péridurale avant d'être dilaté a au moins 3cm. Le maïeuticien prend pitié de moi et l'injecter de la morphine pour calmer la douleur. Je me calme donc 1-2h. Avec son aide mon col arrive à se dilater enfin à 3cm et je passe en salle d'accouchement pour la pose de la péridurale!! Dieu merci. Un soulagement total. Il est 7h du matin. Mon col se dilatera que sous l'action des examens du maïeuticien qui le stimule et l'écarte.
A 12h30 ça pousse fort dans mon bassin. J'ai envie de pousser. Nous nous installons. Je pousse 3 fois sur la 1ère contraction.... Puis 2 fois sur la 2ème et me voilà en train de me pencher pour attraper ma jolie poupée! TINA est née le 29 mars 2009 à 12h48 - 3kg680 -52 cm.
Quel bonheur. Une vague d'amour m'envahit. Tout va bien. Elle est en pleine forme. Maman aussi va bien mais je dois subir des points mal placé (pas au periné) ce fut le plus dur et le plus traumatisant de mon accouchement.... J'ai mis plusieurs semaines à m'en remettre car la péridurale n'endort pas les muqueuses les points sont comme à vifs.... Passons les détails. Les points étaient ma hantise...
Voilà un accouchement un peu long mais c’est souvent le cas pour les 1ers.... Je vais donc vous raconter mon 2ème accouchement.

 

La grossesse pour Lemmy s'est relativement bien déroulée malgré la fatigue que je pense la plupart des futurs mamans connait (surtout les multipares) et la difficulté de porter un "gros bébé"....
Ma DPA était au 27/01. J'ai eu pas mal de contractions pendant ma grossesse et quelques fausses alertes (quand après 3h de contractions au repos tu décides donc de te lever et te préparer... Hop plus rien grrr). J'avais rdv le 14/01 chez mon gygy pour la dernière visite. Mon col était déjà ouvert à 1 depuis début décembre. Il voit ma tête et comprend tout de suite que je sature et que je souffre. Je sens bébé comme s'il était à moitié sorti... Je marche en me tenant l'entre-jambe pour me soulager... Il me dit donc qu'on va décoller les membranes... Ouuuuf merci!!! Il m'examine et me dit que bébé est vraiment bas, c'est pour ça qu'il me gêne, il ne comprend même pas comment je n’ai pas percé la poche des eaux etc. Là il me confirme que bébé est gros, on m'a annoncé un bébé de 4kg à terme, vraiment gros, il insiste moi je dis oui oui je sais il fera 4kg à terme (donc dans ma tête je me dis bon peut-être qu'il fait déjà ses 4kg avec 15j d'avance).
Me voilà sortie du cabinet avec un col dilaté a 3, les contractions commencent tout de suite à travailler... Je pars marcher, promener afin que le travail se fasse bien. Au bout de 2h dans les magasins je n'en peux plus et je demande à ma sœur de me ramener. A la maison j'essaie de continuer à bouger, de m'occuper de ma grande mais c'est pas simple. A 13h je demande à papa de rentrer car ça va les contractions sont toutes les 4/5 mins. Il sort du travail, arrive à la maison et là... Plus rien!!! Ahhhh noooon hein! Je ne l'ai pas fait rentrer pour rien... Je n'en peux plus! Puis 2h après c'est reparti de plus belle. Je vais récupérer la grande qui était partie à la danse.... Je marche, je marche je monte les escaliers etc. 18h les contractions sont toutes les 4-5 mins et de plus en plus intenses. Je les mesure grâce à une application. Je prépare le repas (ah oui je ne vais pas me faire avoir comme la 1ère où je n'avais pas mangé et avec 17h de travail je mourrais de faim). Je mange tant bien que mal puis à 19h je n'en peux plus. Les contractions sont toutes les 2/3 mins et intenses. J'appelle le papa de ma fille pour qu'il vienne la chercher. Je pars à la douche. A 20h nous voilà à la maternité.
Pas vraiment bien reçue par cette sage-femme qui malheureusement me suivra jusqu'au bout. Tant pis je suis là pour mon fils! Mon col est toujours à 3. Après 2h de monitoring je passe en chambre puis 1h après elle m'examine a nouveau et mon col est a 5 on part donc en salle d'accouchement. Le couloir le plus long de ma vie. Je n'en vois pas le bout! Mon homme m'aide et me soutient mais je souffre. J’arrive en salle d'accouchement, elle me perfuse et j'attends l'anesthésiste. L'anesthésiste me fait la péridurale qui se passe pas très bien. Je souffre, elle me pique 4 fois. L'anesthésie fonctionnera que dans une jambe LOL je souffre toujours des contractions. Elle m'examine mon col est a 6 elle me perce la poche des eaux. 30 min après j'ai envie et besoin de pousser. Je commence donc à pousser dans la douleur. Je pousse, je pousse mais rien ne vient... La sage-femme se rend compte que bébé a levé la tête il est donc coincé. Allo obstétricien de garde... Il arrive, je n'en peux déjà plus alors que je pousse pas depuis longtemps. Il manipule bébé afin de le mettre bien dans le passage, je pousse et là je sens que mon travail paye. Il descend, il arrive... Je galère à nouveau pour sortir ses épaules car sans les vrais effets de la péridurale mon dieu que ça fait mal! (Je félicite au passage toutes ces mamans qui ont accouché et accoucheront sans péridurale ). Il sort il est là je me penche donc pour l'attraper et là bien sûre c'est une vague d'amour de fierté et de bonheur qui m'envahit, nous envahit! On entend la sage-femme dire : « ouhhhh le gros poupon.... »
J'ai donc peur d'avoir des points... Lemmy part avec papa et revient tout habillé. Alors combien pèse-t-il ce gros poupon? 4kg380 53,5cm (15j d'avance LOL) pouuuuahh heureusement que je ne savais pas ça avant de pousser LOL.
« Alors docteur j'ai combien de point  » « Des points? Mais vous n'avez pas de points mme félicitations vous avez bien travaillé avec un bébé de ce poids-là! » youpiiiii ! J'ai une hantise des points LOL.
Voilà l'arrivée de mon 2ème amour.

 

 

EMMA

 

 

1er accouchement : il est 17h quand on arrive à la maternité. On monte pour voir si le travail a commencé. Elle me prend de suite et en regardant j’étais de un doigt mais un col haut. Elle me dit c'est pour aujourd'hui et me met en salle de naissance. Je mets la super robe de l’hôpital et l'anesthésiste arrive peu de temps après. Vers 22 h mon col est effacé et dilatation 10. Elle me fait pousser mais je n'y arrive pas. Elle appelle mon gynécologue. Il me fait pousser et je ne sentais pas les contractions du coup il met une ventouse sur ma tête de bébé. Et je pousse. Mon bébé est né à 22:36.

2eme accouchement : Il est 13:00 quand j’arrive à la maternité j’avais des contractions depuis le matin. Elle vérifie et me dit « vous êtes a 5 doigts vous gérez biens dis-donc ! ». Elle m’installe donc en salle de naissance puis pose de péridurale. Mais cette fois elle a mal fonctionné, je douillais. Vers 16:30 je n’en pouvais plus elle me dis « ah oui on y va » et pouf en deux trois poussées ma princesses était là. A 16:43.

3eme accouchement : Déjà plusieurs fois que j’allais aux urgences gyneco ils ne voulaient pas me faire accoucher avant, et ce jour-là j’étais à 37 SA. Elle m examine je suis à deux doigts et demi. Elle me met sous monitoring pendant une demi-heure voire une heure. Elle revient et m’examine de nouveau : on est à trois. Je prends la douche j’enfile la belle robe lol et on passe en salle de naissance. Pose de la peri. Mon homme arrive. Mais ma péri ne fait pas beaucoup d’effet. Elle m’examine je suisàa 6 en deux heures ca n’avait pas beaucoup avancé. Elle me met par transfusion un produit qui accélère les contractions. Et il a vite marché. Vers 18:00 je douillais, je n’en pouvais plus. 18 h 15 elle m’examine : dilatation complète. Ca a bien fonctionné mais elle me dit d’attendre car le gynéco est avec une patiente. Cinq minutes après je la rappelle je peux plus attendre ça pousse trop. Elle appelle donc le gynéco et en même pas quatre poussées mon bébé était là, j'ai même pu l’attraper : un pure moment. Né à 18:43.

 

FLORENCE

 

 

Moi 3 accouchements, 3 totalement différents !! Lalie devait arriver le 24 janvier 2006, col ouvert à 5 mois, bébé en position aussi ! Grosse contractions le 23, mais mon papa étant du 26 janvier je voulais accoucher le jour de son anniversaire !! 24 rdv à la mater pour mon terme et là rien zéro contraction... A midi de retour à la maison contraction à gogo toute les 20 min, il faut que je tienne, le 25 toujours à la maison je vais y arriver, à 20h contractions toutes les 10 min !! 26 minuit pipi, et ainsi jusqu'à 1heure du matin -> et si c'était ma poche des eaux, donc direction la maternité et là oui c'est pour aujourd'hui !! Lalie est arrivée à 13h44 avec une péridurale ! Elsa prévue pour le 12 janvier 2008, a décidé d'arriver le 18 décembre, alors âgée de 21 ans la SF n'a pas pris le temps de regarder mon dossier, pour elle j'étais jeune c'était un premier bébé donc je stressais pour rien, elle me coupait la parole, et m'a renvoyé chez moi à 3h du matin !( j'étais arrivée à 2h54...). A 6 h15 j'arrive à la mater où cette dernière tente de me renvoyer... Là je lui ai dit « trop tard j'accouche ! », lui ai pris la main et l'ai passé entre mes jambes et là au secours une maman accouche j'ai besoin d'aide, 2 SF, 1 puer, deux étudiantes SF, pour l'aider !! Elsa arrive à 6h34 sans péridurale après l'évanouissement de la SF et de son étudiante... Oui oui tu as bien lu !! Quant à Enaëlle elle était prévue pour le 25 décembre 2015 et est arrivée le 26 ! Accouchement épique : les 1ères contraction sont arrivées le 1er décembre, les SF pensaient vraiment que j'allais accoucher... Mais non elles sont bien la toutes les 5 min tous les jours mais rien... Puis le drame arrive ma meilleure amie, mon double, ma copine, mon amie d'enfance, la marraine d'Enaelle n'est plus là le 13 décembre... Un chauffard alcoolique l'a tué... Le doute, est ce que c'est vrai, est ce que c'est une blague de mauvais goût... Puis plus de contraction... Je ne pleure quasiment pas... Ma Mary était du 16 décembre et voulait que sa filleule naisse ce jour-là... Moi non impossible je ne veux plus cela... Puis le 25, jour de noël les contractions reviennent encore et plus fortes... Je passe la nuit sur le canapé et au petit matin direction la maternité, Enaëlle arrive à 17h21 avec un accouchement à 4 mains le maïeuticien et papa !! Magique top, Enaëlle est là, de la joie, de la tristesse, tout ce mélange...

 

NINI