Pompon Cerise

30 octobre 2017

Les 3 ans de ma licorne

Et voilà, encore une ride au coin des yeux, encore un cheveu blanc… ma puce a soufflé sur sa 3 ème bougie.

 

Cette année, nous avons opté pour le thème à la mode : les licornes. Ouais, je sortais de mon univers Disney, pour un autre thème féérique néanmoins !

 

Pour sa première bougie, j’avais fait quelque chose de plus complet mais là, avec le manque de temps, je n’ai pas poussé la déco à l’extrême. Surtout qu’à la base, nous étions partis sur un simple goûter ! Puis tout compte fait, on a rajouté 4 personnes et ça s’est transformé en repas chez ma maman.

 

La pauvre ma maman, elle se tape toujours mes idées farfelues, mes exigences de déco etc…

 

Cette année, pas envie de mettre des 100 et des 1000 en déco, j’ai tout pris sur Aliexpress et à la foir’fouille. J’ai fait simple.

 

Et qui dit Aliexpress dit : pas sûr de tout recevoir ! Bingo ! Même 1 mois et demi / 2 mois à l’avance, je n’ai pas tout reçu. C’est un peu le risque.  Ça fait 3 fois que je ne reçois pas tous mes colis de ce site. Bon ok, ils ne rechignent pas à rembourser, c’est déjà énorme !  Il m’a tout de même manqué les serre-tête licorne. Mes invités ont échappé au ridicule que je leur imposais !

 

Cette fois-ci, je vais juste te donner quelques idées pour tes éventuels goûters licorne, et ne pas t’encombrer l’esprit avec tous les détails de mes achats.

 

** Tenues :

-          Pour ma fille : Legging et t-shirt licorne de chez Kiabi, et jupe tutu à paillettes de chez Aliexpress

-          Pour moi : J’aime bien jouer le jeu, j’avais trouvé un sweat en sorte de polaire, Licorne, chez Aliexpress (11€). C’était rigolo (c’est bien tout d’ailleurs !)

 

** Gâteau :

J’avais envie d’un gâteau 3 D pâte à sucre avec les yeux fermé et la corne qui sortait du gâteau. Mais à la base, nous n’étions pas assez nombreux pour pouvoir en faire un. Alors je me suis rabattu sur un gâteau tout simple arc-en-ciel avec des smarties (pas pris en photo comme une quiche que je suis). C’était un gâteau en arc-de-cercle et des smarties pour faire l’arc-en-ciel. On passe sur les 20 minutes à trier les couleurs, hein ?!

Malheureusement il n’a pas tenu droit, on a dû le poser à plat mais tant pis, c’était il détail.

 

** Cadeaux invités

Ça, c’est mon délire. Rien n’est obligatoire mais j’aime que mes invités partent avec un souvenir.

-          Une licorne gonflable pour mettre le verre de dedans de chez Aliexpress

-          Un sachet de « Graines d’arc-en-ciel » (mouais enfin ce ne sont que des Skittles !)

-          Un biscuit de chez « un biscuit pour le dire », dans un sachet en organza, qui a juste fait un malheur ! En plus d’être bons, ils sont sans arômes artificiels et sans gluten ! J’ai choisi un motif licorne, forcément, et un texte simple « Liah 3 ans ». Je les avais présentés sur un petit arbre. C’est une idée au top par exemple pour annoncer un mariage, une grossesse etc… J’adore le concept et j’en recommanderai sans hésiter !

IMG_4874

IMG_4882

IMG_4883

IMG_4884

 

** Déco :

Je n’ai pas cherché bien loin, je n’allais pas révolutionner le salon de ma maman !

 

Sur la table :

-          assiettes en carton, verres en cartons de chez La Foir’fouille pour le dessert

-          Paillettes et confettis de la foir’fouille aussi

-          J’ai réutilisé les cadeaux invités pour la déco centrale et dans les assiettes

-          Marques place fait-mains (cœur en origami, tourné de façon à faire la tête d’un cheval, plus simple tu meurs !)

-          Tiges pour photobooth licorne de chez Aliexpress

-          Pailles roses avec licorne dorée de chez Aliexpress

IMG_4890

IMG_4894

Pour la salle :

-          Ballon licorne de chez Aliexpress gonflé à l’hélium chez Rue de la fête

-          Ballon avec des confettis dedans de chez Aliexpress

-          Peluche géante Licorne sur le dos du canapé que l’on avait déjà

-          Trophée Licorne Decopatch totalement loupé par mes soins (je l’ai mis histoire de, mais vraiment pas une fierté ! Oh la tristesse du machin !)

 

Nous avons partagé un beau moment ensemble et c’est bien là l’essentiel. Ma fille était contente, un peu excitée par les cadeaux (plusieurs licorne d’ailleurs) et par la présence des invités.

 

Les invités ont été enchantés par les petites attentions à leur égard, mission accomplie !!!

 

Pompon Cerise

Posté par Pomponcerise à 18:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 octobre 2017

Avant-première de Knock

IMG_4722

 

Après avoir été terriblement déçue de ne pas pouvoir voir Omar Sy lors de l’avant-première du sublime film « Demain tout commence » (cf mon article sur cette soirée, et je te recommande encore vivement de le voir), j’ai foncé au cinéma lorsque j’ai appris qu’Omar revenait faire la promo d’un nouveau long-métrage! Cette fois-ci : « Knock » de Lorraine Lévy.

 

Le grand jour arrive, et je suis impatiente de le voir !

 

A ma grande surprise, la salle n’est pas pleine. Après coup, j’apprends par mon entourage que peu de monde a eu l’info. Bizarre car de mon côté, je l’ai lu à plusieurs endroits. Bref…

 

Le film commence, je suis à fond !

 

Etant tourné dans le Vercors et l’Ardèche, on reconnait les paysages. L’histoire est drôle, et touchante à la fois. Les acteurs sont géniaux. Je ne vais pas rentrer dans le détail de mon analyse technique, mais vraiment j’ai adoré.

 

Pour parler d’Omar et de son rôle, c’est encore un personnage qui lui va comme un gant. Je trouve qu’il fait un travail de choix de rôle remarquable à chaque fois. Il est tout simplement magique.

 

Et les lumières se rallument, le film est fini. Place à l’entrée des artistes : la réalisatrice Lorraine Lévy, et les 2 rôles principaux Ana Girardot et bien sûr Omar Sy. Il est là, en chair et en os, waouh !

 

IMG_4723

IMG_4724

 

Il est tout simplement comme il est à la TV : simple, accessible, drôle… (et beau maman ! Lol). Tout le petit groupe se prête au jeu des questions. La réalisatrice explique bien comment elle a tourné le film, pourquoi avoir choisi notre région etc… Les acteurs parlent de leurs rôles. C’est top, mais ça passe trop vite. Il est désormais l’heure de partir. Avec Chéri, on ne réalise pas. On est tout simplement heureux de notre soirée.

 

On retourne à notre voiture et je vois le directeur du ciné. Je ne dis rien mais dans ma tête je me dis « ça sent bon ! ». Pas loupé, on tombe sur Omar !

IMG_4726 (1)

IMG_4727

 

Il est accompagné de son bodyguard qui nous laisse nous approcher. Omar est en train de faire des selfies avec 2 personnes. Me concernant, les selfies, pas trop trop mon truc…, donc je m’approche et le prend en photo seul. Il me sourit et j’en profite pour lui dire un grand merci d’être revenu « Omar, merci d’avoir tenu promesse et d’être revenu nous voir car la dernière fois, c’était la mort ! ». Il rigole, me pose la main sur l’épaule comme pour me dire que ça lui faisait plaisir et avance, toujours avec sa main sur moi et son sourire envers moi. Mais la foule arrive. Je ne suis pas du genre groupie, car je détesterais que l’on me le fasse, alors je m’écarte doucement pour laisser ma place. Je reste sur cette bonne note, sur ce sourire.

 

Mon homme a vu la scène de loin car il n’a pas réussi à s’avancer. Je ne comprends cependant pas comment moi j’ai pu, mais c’était vraiment top. Ca m’a reboosté pour un moment !

 

LE FILM EN LUI-MEME :

 

Basée sur la pièce de théâtre éponyme, c’est l’histoire d’un médecin qui veut s’enrichir. Il met au point une « méthode » pour convaincre la population de son village d’adoption que « tout bien portant est un malade qui s’ignore ». Mais il va être rattrapé par ses sentiments. Je n’en dirai pas plus.

 

Il est bien fait, l’histoire est top, fonce le voir, c’est un petit bijou !

Posté par Pomponcerise à 20:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2017

Swap avec Maman-Shoppeuse

Comme tu as pu le voir sur la page Facebook, Maman-Shoppeuse et moi avons décidé de faire un petit swap.

 

Qu’est-ce qu’un swap ? C’est un colis surprise que l’on s’envoie sur un thème choisi et un budget à respecter.

 

Nous concernant, cela fait 14 ans que nous nous connaissons.

Nous nous sommes connu d’ailleurs grâce à une passion commune : Disney. Tu l’auras compris, le thème de notre premier swap était d’avance tout trouvé !

Côté budget, n’étant pas Rothschild, on s’est arrêté à 15€.

 

Il est vrai qu’à l’époque, on s’écrivait énormément, presque une fois par semaine. Et avec une autre amie (qui l’es toujours d’ailleurs), on aimait accompagner nos lettres de petits goodies. Le swap permettait de nous rappeler ces souvenirs !

 

Je me suis donc attelée à chercher des idées pour mon petit colis, pouvant lui profiter à elle mais aussi à ses 2 petits.

 

J’ai commencé par me tourner vers les créateurs. Tu me connais, j’aime faire travailler les personnes qui imaginent et confectionnent leurs produits.

J’ai démarché 2 créatrices qui proposaient des articles Disney. L’une m’a fait une proposition trop onéreuse pour le budget dédié. Le but étant tout de même de pouvoir avoir plusieurs objets ! Là, je dépassais, sans savoir d’autre article à y glisser. Ce n’est pas le but, on change ! Je ne la mentionne pas car je me garde précieusement l’idée sous le coude pour éventuellement un futur swap car je reste fan de son travail ! Si son nom t’intéresse, viens me voir en MP et je te le donnerai avec joie.

La seconde m’a proposé quelque chose qui certes me coûtait un peu plus de la moitié du budget mais qui me paraissait juste parfait pour ce que je voulais. Il s’agit des créas de Sourissette sur Facebook. Je suis archi fan, et pompon sur la cerise : elle est rapide, adorable, et fabrique de façon personnalisée. Elle propose des bracelets brésiliens, ou bracelets tissés (tu peux les utiliser en marque page aussi, ou tout ce que tu veux). Je t’invite à découvrir sa page car vraiment, elle est top, les produits sont très bien faits, et tout est très original. Maman-Shoppeuse est fan de la fée Clochette en particulier. C’est donc tout naturellement que je lui ai demandé une fée ! Et le résultat est à la hauteur de mes attentes ! Allez, petite confidence : je suis juste jalouse de Maman-Shoppeuse car j’adore ce bracelet ! Si tu en es fan, je te conseille de guetter la page Facebook du blog.

IMG_4643

 

Avec le budget restant, j’ai décidé de faire plaisir un maximum aux enfants.

J’ai choisi une trousse à chacun : Reine des Neiges et Cars.

Pour aller dedans, j’ai pris un lot de 4 stylos assortis.

J’ai rajouté une corde à sauter pour la petite princesse.

 

Pour terminer mon budget, j’ai décidé de prendre le risque de faire un hors sujet : j’ai glissé dans mon colis un pinceau maquillage en forme de queue de poisson qui n’est pas de licence Disney, mais qui pour moi est un rappel à la Petite Sirène.

 

J’avais gardé une petite fée Clochette en figurine, que j’avais utilisé comme cake topper pour le premier anniversaire de ma fille. Je savais que Maman-Shoppeuse l’aimait, alors je l’ai mise en petit bonus.

 

Et voici une photo de la totalité du swap :

IMG_4656

 

Colis Posté, plus qu’à attendre qu’elle le reçoive !

 

Une fois reçu, elle m’a écrit pour me dire qu’elle a tout adoré, même mon hors sujet avec le pinceau. La petite fée en jouet orne son bureau, et le bracelet de Sourissette est dans son bouquin actuel en guise de marque-page.

 

De son côté, elle n’a pas terminé mon colis, je te ferai un petit retour sur ce que j’aurais reçu.

 

J’espère que ce swap t’as plu, et j’aimerais que tu me mettes en commentaire ce que tu aurais aimé avoir, ce qui t’a plu ou pas plu, ce que toi tu aurais mis avec le même budget et le même thème.

 

Je vais proposer sous peu un swap lecteur, fais-moi des propositions !

 

Pompon Cerise

Posté par Pomponcerise à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2017

Ta première rentrée scolaire - à ma fille

A Toi, l'amour de ma vie,

 

J'ai l'impression que c'est hier que j'ai accouché. Tu grandis trop vite.

 

Cette semaine, tu as eu tant de nouveautés! :

- Nouvelle nounou

- ta rentrée à l'école

- le bus

- et j'en passe, sans compter les évènements familiaux.

 

Je ne suis pas une mère poule tu le sais, je suis pour te laisser grandir, t'endurcir, tout en étant le plus bienveillante possible. Mais ces derniers jours, j'ai été surprotectrice car j'ai eu peur. J'ai été terrorisée par tous ces changements pour toi. J'ai trouvé que ça faisait beaucoup pour tes petites épaules, et j'avoue ne pas avoir encore lâché prise avec tout ça. Je t'ai traité comme le bébé que tu es et resteras à mes yeux de maman aimante. Mais tu es désormais grande.

 

Cette semaine, c'est toi qui m'a appris une grosse leçon de vie. Je suis tellement fière de toi. Je sais que dans ma quête impossible de "meilleur" pour toi, j'en demande souvent beaucoup. Je suis si chanceuse de t'avoir, toi.

 

Tu as fait une rentrée scolaire de malade: tu es rentrée dans la classe et tu m'as dit au-revoir du plus naturellement du monde. Pas une larme, pas une peur, rien. Au contraire, on aurait dit que tu attendais ce moment, ton moment d'émancipation (enfin, à l'échelle d'une gamine de 2 ans et demi), que tu nous montres que tu sais t'adapter à tous, et à tout.

 

Cela fait 3 jours que je t'amène à l'école, tu as déjà pris tes marques et tu es à l'aise. Tu as même consolé instictivement une grande qui pleurait ce matin. Tu as l'air de t'être adaptée bien plus vite que moi.

 

De mon côté, j'essaye de prendre le rythme. Je suis à la traine! Et toi, tu es joyeuse: fatiguée de tes journée, tu demandes à allaer te coucher et tu y vas même seule; tu es heureuse d'aller à l'école le matin et tu saute de joie quand je dit qu'il est l'heure d'y aller; tu fais un câlin sincère sans qu'on ne t'ai rien demandé à la personne qui vient te chercher; bref tu m'épate.

 

Alors à toi ma grande fille, je vais essayer de te faire plus confiance car tu me prouves que je peux. Je vais lâcher prise, j'ai juste besoin de plus de temps que toi pour m'adapter aux nouveautés.

 

Si tu savais comme je t'aime

 

Ta maman

 

Pompon Cerise

Posté par Pomponcerise à 13:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 août 2017

mon absence

Aujourd’hui, je me dois de t’expliquer pourquoi j’ai fait une pause dans mon blog.

 

-          J’avoue ne pas vouloir me mettre de contrainte : le blog est pour moi un loisir.

-          J’ai voulu profiter de mes vacances, avec ma famille. Nous avons tellement peu de vacances ensemble que j’essaye de couper au maximum dans ces moment-là. En 7 ans, nous avons eu seulement en commun : notre voyage de noces, 3 semaines l’année dernière et 15 jours cette année. Donc, les vacances ensemble sont précieuses.

-          J’ai été une nouvelle fois malade. C’est récurent, j’en parle souvent. Et justement pour ne pas paraitre négative, ne pas ressasser non plus, j’ai fait le choix de ne rien dire. Je ne sais toujours pas ce que j’ai, pourquoi j’ai toujours mal, pourquoi si fort et si souvent. Je suis en période d’examens, j’en saurais plus bientôt. Rien de grave, je te rassure ! Mais d’assez embêtant pour me clouer au lit.

-          J’ai lu des choses sur la blogoshère qui m’ont refroidi. La guerre des blogs, le vol d’images, le vol d’informations pour se moquer des lecteurs, le non-respect de jeux concours qui n’ont que pour but d’amasser des likes… J’ai trouvé les choses graves. Bon, pas de là à en faire un drame, mais grave vu les proportions que cela prenait, grave car il y a atteinte à la vie privée, grave pour pleins de détails. Wow, calmons le jeu ! N’importe qui peut être blogueur, et n’oublions pas que qui que nous soyons, nous restons des humains derrière nos écrans. Respectons-nous ! Je n’ai pas envie de ça sur mon blog. Je suis toute petite, ça me va. J’aimerais juste que dans mon monde de « Cui cui les petits oiseaux », on se respecte. Ça m’a fait très peur. Je suis naïve je suppose, pour être interloquée par ça. Tant pis pour moi.

 

Du coup, je reviens doucement, avec un petit concours pour me faire pardonner 

 

En tout cas j’aime toujours l’interaction que j’ai avec mes lecteurs, les petits MP, etc. Merci de m’apporter tout ça !

 

Bisous bisous

 

Pompon Cerise

Posté par Pomponcerise à 15:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 juillet 2017

Témoignage de Leslie

J’aime quand je laisse la « plume » à mes lecteurs !

Voici donc un texte d’une lectrice qui me suit depuis le début, qui a énormément partagé avec moi sur ses craintes avant d’être enceinte, puis une fois enceinte, et maintenant maman. Un joli message d’espoir comme j’aimerais en lire plus souvent ! Merci à elle.

 

*****

 

A 29 ans, mon mari et moi décidons de se lancer dans l'aventure bébé. Mais les mois passent, les tests d'ovulation et de grossesse aussi, et rien. Au bout d'un an, on consulte. Rien de bien grave, juste une très mauvaise ovulation, donc 6 mois d'injection d'hormones, mais toujours rien. L'étape d'après c'est l'insémination. Notre couple en pâtit, alors on arrête tout, désespérés. Et 2 mois plus tard, le miracle se produit enfin: notre princesse a bientôt 9 mois.

 

Après sa naissance par césarienne, le gynécologue nous demande d'éviter une prochaine grossesse durant un an, histoire que mon corps se rétablisse correctement. On veut un autre bébé; 2 ans d'écart cela sera parfait.

 -"quel contraceptif vous voulez madame ?

-rien du tout, vu la galère endurée pour ma fille, pas besoin."

Et les mois passent...élever un bébé ça prend du temps. L’accouchement a été très compliqué et le traumatisme et omniprésent, donc les câlins, c'est pas la priorité.

 

Voilà à peu près 5 mois que j'ai accouché, et mes règles tardent. Ayant des cycles irréguliers, je ne pose pas vraiment de question. Mais après 3 semaines de retard, je fais un test de grossesse et là...positif. Surprise !!!!

 

Comment y croire alors que l'on a mis plus de deux ans à concevoir la première ? ??? Je suis maintenant à 17 semaines, mon bébé se porte très bien. J'accouche en décembre, quel magnifique cadeau. Nous avons été vraiment pris au dépourvu avec cette nouvelle grossesse mais finalement nous acceptons ce merveilleux cadeau du ciel, même s'il débarque peu plus tôt que prévu.

 

Il faut toujours garder espoir, malgré les obstacles. Je pense très fort aujourd'hui aux couples qui se battent pour avoir un enfant et je leurs souhaite d'avoir assez force pour surmonter l'insurmontable, ça vaut tellement le coup...

 

Leslie

Posté par Pomponcerise à 19:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juin 2017

Soirée Bircolage entre filles chez Leroy Merlin

Vendredi 23/06/17, j’ai pu assister à une soirée « Bricolage entre filles » chez Leroy Merlin Valence.

Je te raconte tout ça.

 

Qu’est-ce que c’est qu’une soirée « Bricolage entre filles », proposé par Leroy Merlin ? C’est tout bonnement une soirée gratuite réservée aux filles, pour leur apprendre des techniques de bricolage niveau débutant. J’en avais entendu parler par ma copine «Maman shoppeuse », qui avait pu assister à l’une d’entre-elles près de Paris. Elle m’avait dit que l’ambiance était sympa et que les ateliers étaient intéressants (je confirme donc qu’on ne fait pas toujours la même chose selon les magasins).

 

Du coup, quand l’évènement est sorti sur Facebook,  ni une ni deux je l’ai proposé à une amie à moi, surtout que l’on n’arrivait pas trop à se voir ses derniers temps. C’était l’occasion de faire une petite soirée rigolote !

 

Nous voilà arrivées à 20h, ce vendredi 23. Nous sommes accueillies par des vendeuses de différents rayons, avec un buffet plein à craquer de douceurs salées de chez Class’Croute. Hum ! Et pour accompagner le tout, un choix de boissons. On commence par manger un petit bout, puis une animatrice prend le micro et nous explique le déroulé de la soirée.

 

Nous sommes 60, réparties en 5 groupes. Nous allons faire tous les ateliers, qui vont durer environ 20 minutes chacun, avec une pause collation entre 2 ateliers. Mon amie et moi sommes le groupe « arrosoir », on commence par l’atelier « Pose de carrelage mural ». Rolala, ça promet !

 

C’est parti, excitées par le fait d’être seules dans un magasin fermé. On arrive sur un stand, où on commence par nous expliquer qu’il existe désormais un produit pour poser le carrelage mural sans colle. Une sorte de micro velcro. Nous avions 2 pans de murs à notre dispo : un pour s’entrainer à poser le « support » et un dont le support était déjà posé pour s’entrainer à « coller » les carreaux. On maroufle le support pour qu’il soit lisse, on pose une sorte d’adhésif au dos du carreau et hop, on colle sur le mur. Petits mouvements d’accroche, et ça tient tout seul ! Trop bien !

IMG_4140

 

L’heure tourne, il est temps de passer à la collation, puis au prochain atelier : l’application d’une peinture « diabolo ».

 

On nous propose encore 2 pans de mur, avec 2 couleurs de peinture diabolo. C’est une peinture à effet, avec reflet. On nous montre la technique et c’est à nous de jouer. Super sympa, et effet vraiment joli, mais trop long à faire pour toute une pièce ! D’ailleurs, on nous le dit : c’est sympa pour des petites zones.

IMG_4141

 

Re collation (ça devenait plus que de la gourmandise à ce niveau), et on passe à l’atelier « Je fabrique un porte-manteau avec une palette ».

Bien entendu, en 20 minutes, pas le temps d’en faire un réellement. Mais on nous a montré toutes les étapes, et on a pu s’entrainer à poncer, percer et fixer. Toujours dans une ambiance rigolote. Faut dire qu’avec mon acolyte, on ne pleure pas, ou alors de rire ! On a même commencé à se taper des délires avec des casques de chantiers, un chariot et un ventilateur. Ouais, il nous en faut peu !

IMG_4143

 

Re re re plateau de nourriture (ça devient indécent), et on passe à l’atelier électricité. J’avoue que ce n’est pas mon fort, et je le dit de suite « j’ai peur de l’électrocution ». Mais la vendeuse me rassure, m’explique comment ne pas en avoir peur car c’est totalement injustifié, etc. Puis on s’exerce. Toujours dans une ambiance détendue, accompagné de fous rires avec ma pote.

IMG_4144

 

Encore et toujours de quoi manger, et on passe au dernier atelier « Je fabrique mon liquide pour laver les vitres ». Trop fort ! En plus, on repart avec notre petit pshitt pshitt qu’on aura fabriqué !

On commence par passer en revue les différents produits naturels pour fabriquer nos produits d’entretien nous-même. Premier cadeau : des fiches « recettes » pour en faire chez nous.

Puis on passe à la fabrication de notre produit d’entretien pour les vitres. Allez, je te donne la recette aussi, attention, c’est harchi compliqué !:

Dans un vapo, mettre :

-          1 verre et demi d’eau déminéralisée

-          ½ verre de vinaigre blanc

-          Facultatif : 3 gouttes d’Huile essentielle de menthe, citronnelle ou ce que tu veux.

Terminé ! Plus qu’à asperger ta vitre (pas la vendeuse, comme ma copine) et d’essuyer avec un chiffon microfibre. Ce qui est cool, c’est que ça ne fait pas de trace donc tu peux frotter dans tous les sens, ça n’a pas d’importance. C’est naturel, ça marche nickel, c’est parfait !

IMG_4145

 

Les ateliers désormais terminés, on retourne avec pleins de bonbons dans les mains à l’accueil du magasin où nous attendent pleins de desserts ! Comme si on avait encore faim ?! Mouais, sauf que ça passe tout seul, c’est super bon, donc on ne se fait pas priées. On remplit un petit questionnaire de satisfaction, on prend des photos de groupe, on signe un poster d’or, et la soirée touche à sa fin. On papote encore quelques instants, on a vraiment passé un bon moment. On a appris des choses utiles en plus. Les vendeuses sont vraiment expertes dans leurs domaines, et donnaient envie de participer. Top, de A à Z.

 

A refaire à la prochaine session, si possible avec le même binôme qui m’aura tant fait rire !

 

Merci à l’équipe de Leroy Merlin Valence !

 

Pompon Cerise

Posté par Pomponcerise à 19:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 juin 2017

Retrouvailles au bout de 15 ans

Petit moment de nostalgie, il faut que je te parle de mes retrouvailles avec une amie.

 

J’ai dernièrement pu revoir une amie que j’ai rencontré lorsque nous avions 5 ans… il y a 27 ans, mon dieu ! Je venais d’arriver dans une nouvelle ville, loin de mon véritable « chez moi », j’arrivais pour la première fois dans ma nouvelle école. Et cette amie est arrivée vers moi en premier : « Comment tu t’appelles ? Viens jouer avec moi ! ».

 

Nous étions tout le temps, ou presque, ensemble, car sa maman est devenue ma nounou. Elle savait que je n’étais pas malheureuse là-bas, mais pas complètement heureuse non plus. C’était une période où je me sentais déracinée, et lorsque j’avais la chance de retourner dans ma famille pendant les vacances, je revivais pleinement. Je pleurais à chaque retour, mais je savais que j’avais une oreille pour m’écouter, et une patience infinie qui m’était destinée.

 

Nous avons partagé tellement de choses, tellement belles d’ailleurs ! Nos inventions, nos chansons, nos devoirs, nos histoires d’enfants, nos tracas, nos joies… Tout ça pendant 4 ans.

 

Un jour, ma mère m’a dit « Jess, on rentre, on retourne chez nous ». Je me souviens encore l’explosion de joie. Terminé ces montagnes que je haïssais tant (et que je n’aime toujours pas) ! Et dans mon euphorie du moment, j’ai fait du mal à mon amie. Pour moi, c’était comme si je me réveillais d’un cauchemar où l’on m’enfermait. Donc bien entendu à la libération, tu es heureux de dire que c’est terminé ! Ouais, sauf que je l’ai fait de façon brutale, sans m’en rendre compte. Et la déchirure fût d’autre plus douloureuse. C’était involontaire pourtant. Pourtant, le jour du départ, je lui ai fait la promesse de toujours lui écrire, de ne jamais cesser d’être son amie, même à distance. Elle aussi. Et on a tenu parole.

 

On s’est écrit des kilomètres de pages, des litres d’encre. Pendant des années, sans jamais se perdre.

Au début de mon retour « chez moi », je remontais régulièrement, et j’essayais de la voir à toutes ces occasions-là. Des fois j’y arrivais, des fois non. Puis j’ai arrêté de monter là-haut. Mais ma plume n’était pas en grève pour autant, et puis on s’envoyait des photos. Puis des mails, de longs mails, qui ont replacés les lettres. Puis des vidéos, qui ont remplacé parfois les photos. Du moins pour elle car je suis mal à l’aise devant caméra. Elle a partagé à distance mes joies, mes tristesses, les plus beaux évènements de ma vie, encore et encore. Presque 15 ans comme ça, sans se revoir pour de vrai.

 

Jusqu’au jour où j’ai décidé de remonter. Certes, un évènement familial qui me tenait à cœur m’y a encouragé. Je lui ai proposé de nous revoir, dans notre ville. Elle avait pourtant 30 minutes de route à faire, mais elle a de suite dit oui. Devant ce mail rempli d’enthousiasme, j’ai pleuré comme une gamine.

*****

Le jour J est enfin arrivé. J’étais vraiment heureuse. Y compris de faire découvrir cette partie de ma vie à mon mari et à ma fille. Arrivée dans la ville, mon cœur s’est serré. Sentiments partagés de nostalgie, d’angoisse et de joie.

 

Des choses ont totalement changées, des choses sont identiques à mon vieux souvenir.

 

Nous avions prévu du temps pour que je puisse faire un petit tour de ville, et faire découvrir les lieux de mes souvenirs, que mon homme puisse mettre une image sur les anecdotes que j’ai pu lui raconter. J’ai craqué en arrivant aux pieds de mon ancien immeuble, en regardant la fenêtre de la chambre de ma maman. Qu’il était sympa cet appart’ ! Et puis devant mon ancienne école, où j’ai appris à lire, à compter etc… Que de souvenirs ici, décuplés par ce déracinement omniprésent dans nos cœurs.

 

L’heure de nos retrouvailles avec mon amie arriva. On s’installa dans un café : un smoothie pour monsieur, une grenadine pour mademoiselle, un café au Nutella/ mousse de lait pour moi (grosse découverte, mes hanches en sont encore ravies). Enfin la voilà !

 

Comme si on ne s’était jamais lâchées, on s’est fait la bise. Je retenais mes larmes, j’avais assez chialé comme ça ! Quelle fierté, 27 ans après notre première rencontre, de lui présenter ma fille et mon mari. J’aurais dû ressentir un coup de pelle derrière la nuque avec ce poids des années, mais au contraire, j’avais l’impression d’avoir 15 ans maximum.

 

On s’est mise à parler, se donner les dernières nouvelles. Je n’avais pas besoin de dire mes ressentis, elle les savait, et les énumérait avant moi. Mon homme hallucinait sur la justesse de ses analyses sur moi, de constater qu’elle avait réellement appris à me connaitre petite, et savait qui j’étais. Quant à elle, elle était toujours aussi douce, prévenante, souriante !

 

Il faisait une chaleur de fou dans ce bar, on a donc décidé de marcher le long du quai, et de retourner au parc de jeux pour enfants où nous avions l’habitude d’aller avec son frère et sa mère… cette fois-ci pour ma fille ! Ca faisait tellement bizarre, mais je ne saurais expliquer à quel point c’était important pour moi.

 

L’heure de la séparation approcha trop vite, et les au-revoir furent intenses. Même pour mon chéri, qui s’attache très vite aux personnes. Je suis repartie comme je suis venue : en larmes.

 

Ce lieu m’a énormément marqué étant petite, et est encore aujourd’hui le symbole d’une partie de ma vie. J’ai eu l’impression de fermer une boucle : je suis venue petite et triste, j’y reviens en tant que femme et mère heureuse. C’est très particulier comme sensation.

 

Mais au-delà de tout, revoir cette amie n’avait pas de prix, et je veux que ça devienne un point d’encrage positif.

 

Tout ça pour dire que quand tu as une personne que tu considères comme amie, la distance n’altère ni la relation ni les sentiments. Seul le manque est présent.

 

J’espère la revoir bientôt, mais en attendant, des lignes de mail nous attendent !

 

Pompon Cerise

Posté par Pomponcerise à 11:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juin 2017

Billet d'humeur

Voici un article que j’ai envie d’écrire depuis bien longtemps. Mais ne sachant pas trop comment le tourner, je le repousse. Sauf que là, il faut que j’écrive. Je ne sais toujours pas comment le tourner, ni à quoi il va ressembler, j’y vais en free style. Besoin de déverser le trop plein.

 

Toute ma vie, j’ai fait le dos rond, parce que pour moi je valais moins qu’eux. Quel mot j’aurais pu avoir à dire de toute façon ? Une enfant, ça s’écrase !

 

Alors je me suis faite violence pour accepter… tout… trop.

 

J’ai accepté les jeux pervers, où je n’étais qu’un pion. J’ai accepté de ne passer qu’au second plan, voire pire. Je ne parle pas de relation amoureuse, je parle de relation en général. J’ai ma part de responsabilité : j’ai laissé faire les choses. De toute façon, si j’essayais de me justifier, on me renvoyait de la culpabilité. C’est bien pire, cette culpabilité…

 

Pourquoi ? Par peur. Peur d’être abandonnée, ma plus grande blessure.

 

Jusqu’au moment où j’ai cru mourir. Mon corps était vivant, mais l’âme dedans était détruite. Dieu merci, ce jour-là, je me suis rendue compte de mon état. Car longtemps je me suis voilée la face. Tellement plus simple. Ce jour-là, j’ai pris conscience que je devais avancer. Pour moi tout d’abord, puis pour ma fille. Et j’ai décidé de me libérer.

 

Certains diront que dans le passé, j’ai pété des câbles parfois. Et oui, la cocotte-minute, c’est pour tout le monde ! Sauf que la mienne n’avait pas le droit d’exploser. D’ailleurs, je le reconnais : elle explosait mal ! A tout garder, comment les autres peuvent comprendre que d’un coup tu ne supportes plus ? Sauf que cette fois-ci, j’ai tenu bon.

 

Ça a pris du temps, ça a été dur, ça a touché mon « Moi » le plus profond, l’essence même de qui j’étais. La prise de conscience fût une claque dans la tronche, mais tellement bonne à recevoir ! Elle a été la clé de ma libération intérieure, le médicament pour la petite fille qui pleurait en moi.

 

J’ai dit mon mal-être à qui de droit, qui ne l’a pas entendu. Forcément, c’est toujours plus simple de voir ce qui nous arrange. J’ai fait le tri dans mon entourage, sans même le vouloir. Ça s’est fait naturellement : les relations toxiques se sont éloignées, et je les ai laissé filer. Terminé de retenir les gens à tout prix !

 

Ceux qui devaient rester sont restés, encore meilleurs, et je les aime éperdument.

 

Quand je pense à ce que j’ai permis qu’on me dise, qu’on me fasse, je m’en suis voulu un temps. Puis j’ai compris : j’avais une leçon à tirer. J’ai compris bien des choses.

 

Je me suis rendue compte que j’étais immensément riche, encore plus que je le croyais car ça, je n’en ai jamais douté. Les personnes qui me sont bénéfiques sont toujours là pour moi, et j’espère être toujours là pour elles.

 

*****

 

On a refait fait saigner la petite fille en moi hier, d’où cet article qui est beaucoup plus virulent que ce que j’ai l’habitude d’écrire. Je me donne ce droit d’avoir eu mal et de m’être mise en colère. D’ailleurs cette colère ne redescend que lentement. Mais c’est frais, et je vais déjà mieux qu’hier. Si une chose comme ça s’était passé il y a ne serait-ce qu’un an en arrière, j’aurais été en crise. Là, non. Je relativise, car j’ai compris. J’ai le pansement pour cette petite fille.

 

Désormais, je ne laisse pas la marmite déborder alors que l’eau bouillonne. Je dis. De la façon la plus zen possible. Ça plait tant mieux, ça ne plait pas tant pis. Et si vraiment je m’emporte, c’est que le bouchon est poussé trop loin. Je n’ai pas pour caractère de rentrer dans le lard, et je n’ai pas envie de l’avoir pour autant. Juste, j’impose désormais mes limites.

 

Oui, j’ai des limites ! Je les accepte et les connais. Et je ne veux plus me rendre malade pour des choses qui n’en valent pas la peine. Je me protège et tant pis si je passe pour une égoïste.

 

J’ai beaucoup écrit pour moi-même, aujourd’hui j’ai envie de l’écrire, de le dire ici. Ne laisse personne franchir tes limites sous peine de te perdre toi-même.

 

En gros, je lâche prise désormais. Je me fais confiance, et ça me réussit. J’ai de plus en plus d’instinct. Je me sens mieux moi-même, comme soulagée d’un poids. Et si tout ça revient sur le tapis, je sais le gérer, en acceptant aussi le temps qu’il m’est nécessaire pour évacuer ma colère. Je suis humaine, et loin d’être parfaite, j’en suis ravie.

 

J’espère que si toi aussi tu souffres de vouloir plaire aux autres par peur, cet article te fera du bien. J’avoue qu’en premier lieu, alors que j’arrive à la fin, je me soulage moi et je me sens nettement mieux au fur et à mesure de mes lignes.

 

J’aimerais remercier les personnes qui m’ont aidé lorsque ça n’allait pas, et leur dire que je les aime fort.

 

« Parfois tu dois laisser les choses s’en aller pour que des meilleures choses doivent arriver dans ta vie ». Ca a pris tout son sens pour moi. Même si je ne suis pas infaillible.

 

Je terminerais par un proverbe maori qui me suit toujours, mais qu’à force de le voir, je ne le regardais plus « Tourne-toi vers le soleil, et l’ombre sera derrière toi ».

2873435938_1

 

Pompon Cerise

Posté par Pomponcerise à 20:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 juin 2017

Hestia's Candle

Tu aimes les senteurs dans ta maison ? Tu es adepte d’encens, bougies etc ? Alors lis ceci, ça va te plaire !

 

J’ai l’immense chance de pouvoir tester les fondants de chez Hestia’s Candle, de super créatrices.

 

Pourquoi je dis super créatrices ? Par ce qu’elles accessibles, douces, gentilles, à l’écoute, et qui travaillent avec des partenaires locaux, avec des produits naturels.

 

Hestia's Candle propose des fondants faits main, qui diffusent de doux parfums dans la maison.

 

Comment cela fonctionne ?

Il te faut ce qu’on appelle un brûleur (objet en céramique disposant d’un trou et d’une coupelle : le trou sert à insérer une bougie et la coupelle le fameux fondant) et d’une bougie « chauffe-plat ». Tu poses ton fondant, tu allumes ta bougie, et tu te relaxes !

 

Personnellement, je suis très adepte des fondants, j’adore ça. De plus, je trouve que les brûleurs sont de jolis objets. J’en ai même 3 !

 

Hestia’s Candle m’a fait choisir 3 senteurs de fondant, disponibles sur leur page Facebook (par ici : https://fr-fr.facebook.com/hestiacandle/). J’ai choisi :

-          Fleur de tiaré

-          Monoï

-          Fruit de la passion

(Heuuu, ça se sent ou pas que j’ai envie de partir en vacances ?)

Mais il y a une multitude de choix, dont des senteurs vraiment originales telles que : Dragibus, Concombre, Chocolat, Cupcake, Malabar, Fleur de cerisier, Hibiscus…

 

J’ai reçu mes fondants dans un colis soigné, avec carte de visite et petit mot personnalisé. Les fondants étaient tous identifiés, emballé dans des petits sachets, et de différentes formes.

1

 

Rien qu’à l’ouverture, ça sentait divinement bon. Et j’ai eu envie de tester les fondants directement !

 

J’ai commencé par Fleur de Tiaré :

2

3

4

 

En 5 minutes, mon salon sentait vraiment bon les vacances. Lorsque mon mari est rentré, la première chose qu’il m’a dite est « Mais c’est ici que ça sent ça ? Ca sent dans le couloir de l’immeuble, et dans les escaliers ! Ca déchire ! C’est quoi ? ». Héhé, secret de femme, chéri ! Et même si ça sentait beaucoup, ça ne sentait pas « fort » : c’était doux et agréable. Rien d’entêtant, promis ! Car je suis la première à détester quand c’est le cas.

 

Quelques jours plus tard, j’ai décidé de tester la senteur « Monoï ». La créatrice m’avait prévenue, l’odeur est un peu plus forte. Alors, j’ai décidé de commencer mon « Crash test » : j’ai coupé le fondant en 2, pour voir si on pouvait procéder à « l’économique ». La réponse est : « Oui Messieurs Dames ! ». Pareil, odeur non entêtante, douce (même si plus intense que fleur de tiaré), relaxante.

5

6

7

8

(on remarquera mon beau brûleur, cadeau de ma cousine chérie !)

Et quel meilleur test que mon chéri, à l’aveugle ! Il est rentré, et m’a dit tout de suite « Hum, t’as refait fondre un truc que j’aime bien ! » crois-moi que ça, c’est un compliment !

 

Le lendemain, j’ai voulu continuer mon « Crash test » comme j’aime à l’appeler, pour voir si vraiment l’achat de ces fondants valait réellement le coup sur le plan rentabilité. J’ai refait fondre la cire de « fleur de tiaré », que j’avais laissé volontairement re-durcir. Et je l’ai fait 3 fois de suite. Verdict cher(e) ami(e) : Encore une fois oui, le fondant sentait encore ! Bon, bien entendu l’intensité diminue un peu à chaque fois, mais ça sent encore, et encore et encore ! Et je suis sûre qu’on peut tirer jusqu’à 5 ou 6 fois. Du pur bonheur !

 

C’est ça aussi de travailler avec des produits naturels ! La qualité est meilleure ! Car oui, je ne vais pas te mentir, j’ai l’habitude d’acheter des fondants premier prix, mais au bout de 20 minutes, tu ne sens plus rien !

J’ai pris en photo le fondant la seconde fois où je l’ai fait brûler : regardes les résidus naturels :

9

Ça, tu ne l’auras jamais avec les fondants à 2 francs 6 sous !

 

Encore une fois, je suis conquise par une créatrice. Fan fan fan !!! Et vraiment, je te recommande de passer commande chez Hestia’s Candle.

 

Pompon Cerise

Posté par Pomponcerise à 19:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]